Formations en horlogerie

Une jeune femme blonde est concentrée et travaille sur un boîtier de montre, elle porte une loupe œil d'horloger

L’atelier d’Horlogerie offre trois niveaux de formation

CFC (Certificat Fédéral de Capacités) d’horloger praticien

  • Durée de la formation, 3 ans.
  • 2 jours par semaine de formation théorique à l’école d’horlogerie.
  • 3 jours d’apprentissage professionnel dans l’atelier.
  • Cours interentreprises assurés par l’atelier dès la 2e année d’apprentissage.

AFP (Attestation Fédérale Professionnelle) d’opérateur en horlogerie

  • Durée de la formation, 2 ans.
  • 1 jour par semaine de formation théorique à l’école d’horlogerie.
  • 4 jours par semaine d’apprentissage professionnel dans l’atelier.
  • Cours interentreprises assurés par l’atelier.

Ces mesures de formation peuvent être précédées par une période de pré formation selon le mandat confié aux EPI.

Formation pratique d’opérateur en horlogerie

  • Durée de la formation, 2 modules de six mois.
  • Assemblage, formation théorique et pratique assurée dans l’atelier.
  • Emboîtage/posage, formation théorique et pratique assurée dans l’atelier.
  • Stage de 4 à 8 semaines en entreprises dès l’acquisition du 1er module.
  • Obtention d’une attestation de formation professionnelle EPI certifiée EDUQUA.

Pour jeunes adultes et adultes

Ces différentes formations s’adressent à des personnes (jeunes adultes et adultes) au bénéfice de mesures de réinsertion professionnelle.

Une première période d'évaluation/observation

Avant de débuter l’une de ces formation, une période d’évaluation/observation, d’une durée de 2 à 4 semaines, est nécessaire afin de définir le niveau de formation le mieux adapté aux aptitudes et compétences de la personne. Cette période d’observation est finalisée par un rapport écrit qui détaille les aptitudes et les limitations. Celui-ci est envoyé à l’organisme demandeur.

L'encadrement

L’encadrement de ces diverses mesures est assuré par des professionnels du domaine de l’horlogerie. L’accompagnement et le soutien dispensés,  tant au niveau technique que théorique, sont personnalisés.

Quelques soient la ou les mesures retenues, c’est toujours l’organisme demandeur qui est à l’origine de la décision.